Pour commencer, j’aimerais vous raconter une histoire. Il y a quelques années, je me suis retrouvée dans un bus pour un long trajet avec des personnes que je ne connaissais pas. J’ai commencé une belle discussion avec un garçon de mon âge, assis à côté de moi, qui ne croyait pas en Dieu. Il m’a posé une question qui m’a beaucoup fait réfléchir : ça t’apporte quoi de croire en Dieu ? J’ai donné une réponse dont je n’avais pas conscience jusque-là. Je lui ai dit :

Croire en Dieu me permet de trouver ma place dans un monde où je ne la trouve pas. Je comprends qui je suis et je n’ai besoin d’aucune personne ou publicité ou article pour me dire ce que je vaux. Quand je suis proche de Dieu, je sais que je suis son enfant. Rien n’est plus réconfortant que cette vérité. Et dans un monde où les “vérités” changent toutes les 5 minutes, savoir que Dieu m’aime me permet d’avancer sans me perdre dans les méandres de toutes les opinions.

La vie de nos jours n’est vraiment pas simple. Il y a du bon et du mauvais partout. Les choses ne sont plus « noires ou blanches ». Elles sont plutôt dans grisâtres, mais tout dépend aussi de l’utilisation qu’on en fait. On a les smartphones, on a internet, on a les voitures. Mais on nous dit qu’on est désespérément collés à notre smartphone. Ou qu’on dépend excessivement d’internet. Et que la pollution émise par nos voitures menace le monde. Mais, en même temps, on ne peut pas imaginer notre vie sans tout cela !

Ma question pour vous aujourd’hui est : comment trouver le bon équilibre dans ce chaos d’opinions ?

Faut-il dépendre de Google pour tout ?

dépendre de google pour tout

Ou dépendre de Dieu pour tout ?

Au lieu de dépendre de Google pour toutes nos recherches, laissons de la place à Dieu pour qu’Il nous aide à naviguer dans les choix de notre vie. Il nous connait. Il sait exactement quels sont nos douleurs, nos envies, nos besoins, nos peines. Mais surtout : Il sait comment guérir nos peines et nos douleurs, et comment subvenir à nos besoins !

Qui a déjà fait une recherche sur Google pour connaître les symptômes d’une certaine maladie ? Ou peut-être une recherche pour un devoir d’école ? Ou pour chercher un travail ? Ou alors une recherche pour en savoir plus sur de nouveaux impôts que nous devons payer ?

De la même façon, faisons confiance à Dieu lorsque nous devons choisir notre prochain emploi. Ou lorsque nous sommes confrontés à un choix dans la vie. Ou aussi lorsqu’il s’agit de changer un comportement négatif en nous.

Dieu est à l’écoute. Google est utile, mais avoir un Dieu qui nous guide pour trouver les solutions durables à nos plus grandes aspirations, ça n’a pas de prix.

Apprendre que tout ne se fait pas selon nos désirs

quand chacun a son emploi du temps

C’est dur d’accepter que les gens ont leur propre emploi du temps et qu’ils n’ont parfois pas de temps à nous consacrer. C’est aussi frustrant de devoir patienter avant de recevoir une réponse importante d’une école ou d’un employeur, ou pour l’obtention d’un visa, ou pour des papiers quelconques. Et on a toujours l’impression que les problèmes tombent sur nous, qu’on n’a jamais les réponses quand on les souhaite, et que rien ne va jamais assez vite.

On vit dans un âge de gratification instantanée, et quand on n’a pas ce qu’on veut tout de suite, la frustration monte.

Et on a souvent la même réaction face à des réponses qui nous viennent de Dieu, lorsqu’elles ne sont ni assez claires, ni assez rapides. On a tous entendu dire que Dieu a son propre emploi du temps, et que nous devons être patients. Nous devons l’accepter, même si c’est difficile.

Heureusement que rentrent en jeu la patience et l’espérance. La patience est la capacité d’accepter la volonté et les délais du Seigneur, quels qu’ils soient. Et l’espérance nous aide dans cette démarche, car l’espoir nous donne le courage de faire ces choses que nous ne croyons pas être capables de faire.

Il est difficile d’accepter que certaines réponses n’arrivent pas tout de suite. Mais ceux-ci font partie des attributs que nous devons acquérir.

“Afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité.”
2 Pierre 1:4-7

Être quelque part où il n’y a pas de Wi-Fi disponible

là où il n'y pas de wifi

Est-ce un problème ou une bénédiction ?

Il nous arrive, de plus en plus rarement, mais de temps en temps tout de même, de nous retrouver dans des endroits où il n’y a pas de Wi-Fi. C’est frustrant. On est plus connectés au monde. On ne sait pas si la réponse qu’on attend est arrivée ou si on a des requêtes venant d’autres personnes. On a l’impression que le monde pourrait s’écrouler sans que nous nous en rendions compte.

Mais est-ce la seule connexion qui devrait autant nous préoccuper ? Apprenons de ce que l’on ressent lorsqu’on a plus de Wi-Fi pour faire le point sur notre connexion avec Dieu. Voici quelques questions intéressantes à se poser :

  • Est-ce que j’inclue Dieu dans mes activités quotidiennes ?
  • Est-ce que je prie au réveil et au coucher ?
  • Est-ce que je me tourne vers Lui quand j’ai besoin de conseils ?

Ce ne sont que quelques questions pour savoir si nous nous trouvons dans une zone sans Wi-Fi spirituel. Quelles sont les autres questions que vous vous posez pour évaluer votre relation avec Dieu ?

En conclusion… 

Nous avons pas mal de difficultés qui nous viennent directement de l’époque dans laquelle nous vivons. Mais heureusement que l’Évangile nous aide à connaître notre place dans ce monde mouvementé et en perpétuel changement.

Je vous invite à rechercher votre place dans ce monde et à apprendre par vous-mêmes quelle est la vérité qu’il vous faut dans votre vie. Les propositions ci-dessus ne sont pas exhaustives. Je vous invite aussi à penser à vos 3 propositions et à les partager avec nous dans la section commentaires.


Article original écrit par Giada.