La première fois que j’ai rencontré une musulmane…

Ayant grandi en Idaho et fait mes études dans une université en Utah, je n’avais jamais rencontré de musulman avant d’avoir 24 ans et déménagé à New York pour mes études supérieures de troisième cycle.

La première amie que j’ai rencontrée à cette université était musulmane. On s’est rencontré en avril 2015, le jour de notre journée d’orientation, et on a échangé nos numéros de téléphone et sommes restées en contact jusqu’à ce que les cours commencent en septembre 2015. Notre université avait organisé un tour en bateau pittoresque pour permettre aux étudiants de faire connaissance en faisant le tour de Manhattan pour observer les différents sites iconiques de la ville et boire de l’alcool.

Misbah, la fille avec qui j’avais échangé mon numéro, m’a envoyé un texto pour me demander si j’allais participer au tour en bateau. Je lui ai répondu que de par mes convictions religieuses, je ne buvais pas d’alcool alors je pensais que ce serait trop bizarre de participer à un tour en bateau où la plupart des autres personnes allaient boire. Misbah m’a répondu qu’elle aussi ne buvait pas d’alcool de par ses croyances et que nous pourrions toutes les deux être sobres et nous tenir compagnie. Nous avons donc partagé notre premier moment inopiné sur un bateau lors de notre première semaine à Manhattan.

Quelques jours après le tour en bateau, nous sommes allées au Shake Shack ensemble. Nous avons fini par passer la majorité de notre temps à parler de nos croyances religieuses. Pendant cette conversation, il y a deux choses que j’ai apprises.

Tout d’abord, jusqu’à ce moment-là, tout ce que je savais des musulmans je l’avais appris dans les médias. A travers mon amitié avec Misbah et d’autres relations avec des musulmans à l’université, je peux témoigner que les médias donnent une fausse description des musulmans.

Les femmes musulmanes que j’ai appris à connaitre dans mon programme font partie des personnes les plus gentilles, intelligentes et pacifiques que je n’aie jamais rencontrées. Dans ses études, mon amie Misbah se concentre sur la paix et les droits humains dans le développement international de l’éducation. C’est pour cela que je suis attristée quand j’observe les médias déformer ses croyances sacrées et décrire de manière générale tous les musulmans de terroristes.

Lorsque l’un de nos camarades de classe avait besoin de se faire opérer, Misbah l’a accompagné à l’hôpital et a pris soin du patient pendant toute sa convalescence. Je peux en toute honnêteté dire que Misbah ferait la même chose pour qui que ce soit. Malheureusement, les médias ne s’intéressent pas aux musulmans qui servent dans leur communauté ou qui vont à l’université.

Deuxièmement, les musulmans et les mormons (aussi appelé saints des derniers jours) sont très semblables. Misbah et moi avons toutes les deux grandi en apprenant l’importance des principes du pardon, de la repentance et de la prière. De plus, tout comme l’Islam, le mormonisme a, aux yeux du public une mauvaise réputation et ses doctrines fondamentales sont souvent mal comprises. Un peu plus tôt cette année-là, lorsque j’étais affectée par la façon dont les médias représentaient le mormonisme, les conseils de Misbah m’ont aidé à ignorer les médias, à ne pas les laisser m’attrister et à pardonner.

Enfin, Misbah et moi avons appris que même si nous nous rendons à des lieux de cultes différents, nous avons beaucoup de choses en commun, comme par exemple notre goût pour les séries télévisées comiques, les hamburgers, les garçons et le développement de l’éducation au niveau international. J’ai beaucoup parlé de Misbah à ma famille et ma petite sœur a fait la plaisanterie que Misbah est la version musulmane de Caitlin.

Misbah est l’une de mes meilleures amies à New York City et a été une de mes sources de soutien pendant mes épreuves à l’université. En apprenant sincèrement à connaitre quelqu’un, en se concentrant sur ce que l’on a en commun au lieu de nos différences, il est possible de créer des liens d’amitié entre personnes qui ne partagent pas la même foi.

Ce principe ne s’applique pas seulement aux mormons et aux musulmans mais aussi aux autres religions. La religion ne doit pas créer de division. Je me sens bénie d’avoir des amis musulmans si gentils. Je resterai à leurs côtés et les aiderai à défendre notre droit à la liberté religieuse peu importe l’image que les médias essaient de refléter.

 

Cet article publié à l’origine sur Odyssey Beta a été écrit par Caitlin McKinnon et traduit par Léa.